ATELIER

 

Mon travail trouve sa source dans la réalité. J’attache de l’importance au balancement et à l’équilibre.

En construisant l’armature, je ne sais pas encore à quoi peut ressembler la sculpture. Je ne m’impose pas de contrainte, laissant entière liberté à mes mains. Ce qui me permet de déformer la réalité, lui donnant un caractère fantaisiste.

L’armature est le squelette, la pâte à papier la chair de ces créatures qui, habillées de couleurs chaudes, exhaltent un parfum de mystère. Mes œuvres représentent un univers personnel, rêvé. Elles se présentent sur pied, sous forme murale. Elles se situent, du point de vue temps / espace, nulle part. Rois mages, scribes, patriarches, déesses, animaux fantastiques, totem, font partie de l'imaginaire de chacun.

Je souhaite que le spectateur fasse sa propre projection, son histoire, se retrouvant dans ces œuvres.

Dans mon atelier, j’ai eu l’occasion de tailler des petites sculptures en stéatite, une pierre tendre.

RESIDENCE D’HENDAYE

La résidence  au domaine d’ Abbadia se déroule en automne 2004. L’exposition a lieu durant les journées éthiopiennes d’Hendaye. Cette ville du Pays Basque est jumelée avec Gonder, ancienne capitale impériale.

Lire le texte publié dans le catalogue:

C’est avec joie que je présente au public cette exposition intitulée  Abba Dia – Abbadia. Le titre est un clin d’œil à Antoine d’Abbadie.

Abba Dia est le nom donné par ses amis du Goudrou -région du sud de l’Ethiopie- à Antoine. Ce savant, abbé laïc de surcroît ne s’offusquait pas de l’appellation qui se traduit dans les langues éthiopiennes par « le père Dia ». Ce jeu subtil, cette alchimie des mots, qui se rapporte à la spiritualité du savant, (on le voyait comme un magicien qui interroge les plantes et les étoiles) me renvoie à d’autres métamorphoses : les transformations de la matière.


En tant que sculpteur je transforme la matière. Mes sculptures sont faites en papier mâché- journaux trompés dans l’eau et pétris à la main. Mélangée à de la colle cellulosique la pâte obtenue est une matière végétale que j’applique sur l’armature fabriquée au préalable. Si l’armature est le squelette de la sculpture, la pâte en est la chair. La couleur est ce qui habille mon monde imaginaire et mes créatures végétales.


Je ne fais jamais d’esquisse, mais j’improvise au fur et mesure. Dans ma création, je rends magique le réel en le caricaturant. Les formes sont rêvées dans l’espace puis ramenées à la réalité à l’aide de rotin et de baguettes de bois. La matière rigide - le bois comme le rotin - possède ses propres lois ; et ne se plie pas toujours à la volonté de l’artiste. Le processus de création d’une sculpture est pour moi un jeu subtil entre l’imagination et mon action sur la matière.


Les œuvres réalisées à Hendaye s’inscrivent dans la suite logique des précédentes sculptures. Elles ont été créées dans un contexte qui sort de mon environnement habituel (mon studio parisien), tout en s’inscrivant cependant dans un cadre lié à mon pays de naissance. Omniprésent et visible de Nekatoenea (la ferme transformée en studio de création), le château est habité par les rêves éthiopiens d’Antoine d’Abbadie. Et d’objets : fresques, tableau, sculpture, écritures, livres…


Une résidence d’artiste au domaine d’Abbadia se prête à une retraite méditative et créatrice.

Très présent dans cette région maritime, le vent draine des odeurs d’algues comme pour exercer les narines. Fleurs, vergers, oiseaux, lapins sont protégés au domaine et sur le littoral ; ils contribuent  à façonner l’imagination de l’artiste .

Travailler le papier mâché est un acte de recyclage des journaux. Et une façon de redonner une nouvelle vie aux arbres.


Mickaël Bethe-Selassié.

Le 30 juin 2004.

Devant l’atelier au domaine d’Abbadia

RESIDENCE DE LA NAPOULE

Mégalithe, sculpture aux multiples faces, acquisition du Museum of African Art – Smithonian, Washington, 2003

La résidence à la Napoule s’est déroulée en 1991.

Les artistes en résidence -

Hiver 1991


Susan Fenton

(Photographer, USA)

Arnold Goron

(Sculptor, France)

Pavel Lunguine

(Film Director, Russia)

Serguei Machonin

(Writer, Czech Republic)

Florence Mercier

(Engraver, France)

Eileen Neff

(Photographer, USA

Jaroslav Putik

(Writer, Czech Republic)

David Rohn

(Painter, USA)

James Seay

(Writer, USA)

Mickaël Bethe-Selassie

(Sculptor, France)

Mâtotem, oeuvre créée à la Napoule, 1991

328 x 115 x 85 cm.

Cheval - 1999 - 200 x 230 x 85 cm

à gauche : l’armature, au dessus : papier mâché brut sur l’armature et à droite : le cheval terminé.

Contact :

micsel@me.com

+ 33 (0) 1 45 86 15 41